EQUIPE - Direction Artistique

Julia Jane Amine G Artwork 2020-69.jpg

Amine El Gotaibi

Artiste pluridisciplinaire 

Diplômé de l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan en 2008,  Amine El Gotaibi est une figure emblématique de la scène marocaine de l’art contemporain. L’artiste convoque toute discipline pour ses projets d’envergure dans l’espace et le temps et utilise tout aussi bien des médiums traditionnels : dessin, vidéo, peinture, installation comme l’ingénierie mécanique et le voyage. Aujourd’hui fondement qui répond à l’exigence de Visite à Okavango.
Début 2020 en préambule à ce projet, c’est en Afrique du Sud non loin d’Okavango, qu’Amine El Gotaibi alors résident à la fondation Nirox réalise l’ambitieux Sun(W)hole_piece cradle 1 : un mur en terre pisé de 15 mètres de long percé d’un trou comme un appel positif contre l’immobilisme. En octobre 2019 lors de la Biennale Young Congo, son installation monumentale Ba moyi ya afrika (Les soleils d’Afrique) est une œuvre originale composée d’une dizaine de projecteurs - tels des soleils qui illuminent le continent. Ce qui s’institue comme prolongement à sa réflexion amorcée en 2016 sur la notion des territoires avec Attorab Al Watani (Territoire National) : une œuvre participative s’étendant sur l’ensemble des régions du Maroc et présentée à Marrakech lors de la COP22.
L’articulation géopolitique des territoires permet à l’artiste d’aborder le commun universel de la soumission comme en témoignent ses expositions: Perspective de brebis (2018), développée à la résidence Al Maqam, et Perspective de séduction (2019), fruit  d’une résidence  à Dar Moulay Ali, palais historique et ancien QG militaire français sous le protectorat.
Généralement immersifs, tel que La prédation ne croit pas à la mort ! (2012)– montrée lors de l’inauguration du Musée Mohammed VI à Rabat en 2014, ses œuvres interrogent poétiquement les pouvoirs hégémoniques. Ainsi, les Printemps arabes donnent naissance à Arène de la soumission (2014), subventionnée dès 2012 par l’Arab Fund for Arts and Cultures. Ce projet attira l’attention de l’Institut du Monde Arabe qui lui finalisa son financement et qui l’exposa durant « Le Maroc contemporain » en 2014. 

 

L’équipe mobile à bord du camion aménagé est composée de 6 personnes : l’artiste pluridisciplinaire Amine El Gotaibi, un réalisateur, un artiste sonore-musicien, un chauffeur, un écrivain-commissaire d’exposition et un critique d’art. Dans chaque pays, l’équipe rencontre et collabore avec un artiste local. Leurs échanges et le partage de leurs expériences aboutissent à des créations individuelles et collectives, lesquelles seront rassemblées au moyen de 4 supports : 

Création sonore

Captation des réalités vécues et celles imaginaires, conçues en collaboration entre l’artiste sonore et les artistes locaux. 

Livre

Matériaux à interroger le monde, le livre est une restitution « work in progress » du projet. C’est un écrin ouvert aux oeuvres créées durant le voyage, aux échanges et questions de fond générées avec les acteurs artistiques et culturels, locaux et internationaux. 

Film 
documentaire

C’est l’essence du projet, le cinéaste en collaboration avec l’artiste sonore capte la poésie subtile forte et fragile de la création centrale née de rencontres et d’imprévus.  

Expositions

Ici, le fond et les formats restent ouverts. Ils se révèleront en fonction du matériel obtenu lors de cette traversée captive de l’essence fondamentale de la création par synergétique. 

Création 
graphique

La construction graphique accompagne l’ensemble du processus. Elle sublime les contenus pour mieux les transmettre. A l’instar des autres médiums, elle s’imprègne de l’expérience vécue et des rencontres. L’identité visuelle du projet, à l’image de l’oeuvre en mouvement, est un « work in progress ».